Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog

Nom du blog :
hervetchissambou
Description du blog :
Nature et espèce humaine
Catégorie :
Blog Société
Date de création :
25.01.2009
Dernière mise à jour :
24.07.2014

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· L'afrique (2)
· L'amour (6)
· La Famille (2)
· La Nature (5)
· La société humaine (7)
· Le monde du Savoir (2)
· Les vacances (1)
· Litterature (1)
· Noblesse d'Esprit (0)
· Spirituel (1)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or hervetchissambou
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· Hymne à la Femme
· OH! Congo, Oh! Afrique, que nous arrive-t-illllllll?????????
· Notre Classe d'Allemand
· A ma Mère
· L’évidente supérieure nature de la Femme

· PONTON LA BELLE
· TES 40 ANS
· COEUROSE INTIME CONVERGENCE
· TRES URGENTE EMERGENCE
· Le grand âge n'apporte pas la Sagesse
· Petit idéal Ponténégrin
· L'AMOUR VERITABLE
· Rencontre
· Bozena
· La Forêt

Voir plus 

Statistiques 31 articles


Thèmes

afrique aimer 2010 amour ange anges art beaute belle bonne chez congo

Derniers commentaires

say, you got a nice blog post. really cool. keefgeagbddbfa aa
Par Smithk558, le 19.08.2014

une femme exceptionnelle ...au revoir bozena!!
Par cecile, le 24.07.2014

rebonjour cher ami, eh bien le pied a encore pris de la hauteur... l' histoire est plus complète désormais et
Par Anonyme, le 22.08.2013

a la lecture de ce poème beaucoup d'images ont ressurgi - en particulier sur sa construction, son adaptation.
Par Anonyme, le 14.08.2013

bonjour à tous, exc ellente année 2013 pleine de santé, d'amour, d'argent, de réussite et de bonheur à to
Par hervetchissambou, le 31.12.2012

Voir plus

RSS
Recherche

OH! Congo, Oh! Afrique, que nous arrive-t-illllllll?????????

Publié le 25/01/2009 à 12:00 par hervetchissambou
OH! Congo, Oh! Afrique, que nous arrive-t-illllllll?????????
[OH! Congo, Oh! Afrique, que nous arrive-t-illlllllll?????????
21012009

Il n'est pas idiot d'apprendre de ce qui se fait de bien, c'est une marque d'intelligence


L'Afrique mérite mieux, que ce que nous vivons actuellement. Nos frères, nos sœurs, nos mamans, nos grands parents souffrent dans l'indifférence de ceux qui possèdent, et pourtant, l'Afrique appartient à tous ses enfants, les richesses aussi.

"Gouverner, c'est servir et non se servir"


Ce blog est le vôtre, espace de liberté et d'expression libre. Toute contradiction est la bienvenue. Comment pouvons-nous améliorer les conditions des nôtres en Afrique?

A chacun de s'exprimer, vous pouvez y joindre des photos, reflétant toute la réalité africaine.

Affectueusement,

Hervé Tchissambou


Où est passé le développement?



"La vérité n'a pas besoin du témoignage du menteur"


Toutes les théories de développement conçues pour l'Afrique ont échoué. Telle est la vérité.



La principale cause de l'échec est peut-être l'absence de volonté politique réelle d'assurer le développement véritable des pays et donc, le “Bien-être de Tous“.


Rechercher le Bien-être d'autrui est une tâche ardue, surhumaine de nos jours, qui implique le renoncement de “soi”, de son Ego…, du moins, “Aimer l'autre comme soi-même”. Nous avons là, les fondements du développement de l'Afrique.

Créer les conditions nécessaires pour que les Africains entreprennent, créent, imaginent, innovent, s'enrichissent par leur travail, leurs talents, leur Beauté…, valoriser le savoir, les capacités des uns et des autres, pour leur bien-être personnel et le développement de Tous.

Mettre à la disposition des acteurs, les moyens qui “boostent” le décollage, le développement en créant une réelle synergie collective, une réelle dynamique de groupe, telle est la thérapie.

L'Afrique doit valoriser davantage ses enfants afin de stimuler leurs énormes potentialités.

Que ceux qui ont des oreilles, qu'ils entendent,




"La vérité n'a pas besoin du témoignage du menteur".




Hervé Borgia Tchissambou

22 janvier 2009.

CHOIX DE VIE : Style rédactionnel: RAPOESIE

Publié le 25/01/2009 à 12:00 par hervetchissambou
CHOIX DE VIE :  Style rédactionnel: RAPOESIE
On le dit autoritaire, il est quand même leur Père,

Pour leur équilibre, ils se tournent vers leur Mère;

C'est son devoir d'exercer justement l'Autorité,

De montrer la voie et de dire la Vérité;

La progéniture progressivement découvre la Vie,

En même temps que cette génération grandit;

Requin vili, il n'est toujours pas compris,

A l'image du temps qui doit être pris;

Les détracteurs cherchant en vain de comprendre,

La façon idéale de le prendre;

Mais Lui continue patient son chemin,

Comme se succèdent les lendemains;

Le temps joue en sa faveur,

Espérant retrouver la ferveur;

Sa vie comme elle est, est toute tracée,

Comme celle de la voie lactée;

Ils le suivent pourtant, aveuglément,

Comme on respecte un règlement;

Leur tâche, c'est sûr n'est pas facile,

Mais leur vie n'est pas difficile;

La pression environnementale agit de force sur leur mental,

Mais, on ne permettra pas des trous comme sur l'emmental;

Mais, Père et Mère tiennent le cap,

De même que les navires fixent le cap;

Quand à Lui, son choix est fait,

Espérant leur assurer des jours de fête;

Le plus âgé montre la voie et assure le relais,

Les plus petits suivent et contrôlent les délais,

Il montre le Chemin comme aux brebis,

Sans jamais laisser des débris;[/i]

Tchissambou Hervé Borgia, 19.07. 1999 (Pszczyna), tous droits réservés.

Bozena

Publié le 25/01/2009 à 12:00 par hervetchissambou
Bozena
Ta Créature admirable et ta nature agréable,
Font que tous les Humains te soient favorables;

La Grâce de ta Personne et de ton être,
Favorise les approches des autres êtres;

Cette douceur qui constitue le premier reflet,
Contraste pourtant avec la rigueur des faits;

Je ne retiendrai pourtant, que le premier volet,
Car c'est grâce à lui que ton Amour a été volé;

Patience naturelle, mais parfois déterminée,
N'exclut pas la passion des situations animées;

Les Êtres qui te composent s'expriment par alternance,
Mais, je préfère ceux qui aiment la convenance;

On te dit par moments, parfois bien pessimiste,
Alors que tes effets n'inspirent que l'optimisme;

Tu demeures pour ceux qui t'approchent, une éternelle Fleur,
Nos multiples mésaventures, ne me font pas peur;

Comme toutes les belles roses, tu ne peux être que piquante,
Oh! quel dommage, si tes réactions n'étaient pas très piquantes;

Ton apparence naturelle, c'est d'être une vraie nature,
Nature de grâce, ne fais rien de mal, qui te dénature,

Le grand entourage, avec malice et passion te cherche,
Mais les plus proches de Toi, de même te recherchent;

Ton petit Maxime, à chaque nuit vient vers Toi,
Comme jadis précipitemment, je m'approchais de Toi;

Poussé par l'imagination des situations suggestives,
Qui permettaient après, d'autres satisfactions digestives;

Fleur humaine, éternelle, grâce sourire tout Angélique,
Qui en évidence, ne réponds pas aux situations génériques;

Restes encore Toi-même, comme tu l'as toujours été,
Afin que tu sois toujours une merveilleuse Fleur d'été;

Vers laquelle les regards s'accrochent et tout le monde s'approche,
Que les multiples tentatives, malgré tout ne décrochent.


Hervé Borgia Tchissambou, 14 juillet 1999, PSZCZYNA , tous droits réservés.



ALTERNANCE

Publié le 25/01/2009 à 12:00 par hervetchissambou
ALTERNANCE

Le Jour succède à la nuit,

Et devient Soleil de minuit;

L'été chasse le printemps,

Et l'hiver impose son temps;

L'automne arrive avant l'hiver,

La nature perd son vert;

La nature retrouve d'autres marques,

Alors que les hommes se démarquent;

La vie suit alternativement son cours,

Comme un chemin très court.

Tchissambou Hervé Borgia, 19.07. 1999 (Pszczyna), tous droits réservés.

TES 40 ANS

Publié le 25/01/2009 à 12:00 par hervetchissambou
TES 40 ANS
Heureux et Joyeux Anniversaire pour tes 40 ans,

Chiffre mystique correspondant aux 40;

Jours et nuits d'épreuve du Christ dans le désert,

Pour Toi, jour heureux qui ne sera pas désert;

40 ne te sont qu'une nouvelle jeunesse, de notre vie commune,

Depuis notre rencontre et notre mariage dans ta commune;

Pour certains, ce chiffre est un poids,

Mais pour Toi, c'est l'expression d'une joie;

Des nouvelles années te produiront des images,

Tout au long de tes années de mariage;

Les épreuves qui habitent ta vie,

Et qui émaillent tes reflexes de survie,

N'ont pas réussi à entamer,

L'expression de ta beauté;

La vigueur de ton charme,

Se dissimule derrière ton calme;

Les années passent, le temps se substitue au temps,

On ne voit point sur Toi, passé le Temps.


Hervé Tchissambou, Pszczyna, 4 août 1999, tous droits réservés

Le grand âge n'apporte pas la Sagesse

Publié le 26/01/2009 à 12:00 par hervetchissambou
Le grand âge n'apporte pas la Sagesse
Comportements rétrogrades,
Pays qui se dégradent;

Maudits sommes-nous en Afrique, non je ne le crois pas,
Mais, je ne comprends pas, pourquoi on ne fait pas de grands pas;

Notre "riche" culture, est - elle un handicap?
Qui au fil des générations renforcent les inégalités et les handicaps;

Le grand âge logiquement apporte la Sagesse,
Nos anciens au contraire, se font entre eux des largesses;

Ils sont au pouvoir depuis des lustre et y restent jusqu'à la mort,
Obligeant les jeunes à être des hommes morts;

Nouvelles générations, jeunesse condamnée,
Les vieux ne bougent pas au fil des années;

Ailleurs, les jeunes générations font l'objet d'égards,
En Afrique, sur eux ne se pose aucun regard;

Ailleurs, ils sont au centre de beaucoup d'attention,
En Afrique noire, on n'a pour eux aucune intention;

Les gens au pouvoir ne font pas pour les jeunes ce qu'il faut,
Cette préparation de l'avenir, chez nous fait défaut;

L'enseignement organisé pour tous assure l'instruction,
Ce devoir en faveur des jeunes n'intéresse pas l'institution;

Dans plusieurs pays, l'école est délabrée;
Les enseignants dans l'ensemble sont désarmés;

Le milieu "Profito- situationnistes" s'occupe des siens,
Les enfants du peuples sont abandonnés comme des "chiens";

Très bonne approche de comportements solidaires,
Qui se "substituent à nos anciennes approches solitaires";

Le pouvoir m'appartient, j'y suis et j'y reste,
Les jeunes, je vous le dis, vous n'êtes que de la peste;

Réduits à votre sort, qu'importe oui on s'en fou,
C'est vrai et c'est certain, que le pouvoir rend fou;

Sans avenir devant des portes qui se (re) ferment,
Qu'importe, qu'ils se débrouillent loin de ce milieu qui s'enferme;

Jeunes africains qu'avez- vous fait à vos pères?
Pour qu'ils vous traitent avec méfiance, au point que tous désespèrent;

Absence de synergie, absence d'horizons,
Ils peuvent se contenter de la pauvreté qu'ils ont;

La culture du chef en Afrique est cause de déclin,
Et la politique en Afrique génère du dédain;

Au fil des générations, on ne voit que les mêmes têtes,
Lassés, on n'en peut plus, parce qu’ils nous embêtent;

Pirogues à la mer, pirogues qui s'échouent,
Expression bien vivante d'une politique qui échoue;

Des hommes qui se noient, qui meurent et qui s'enfuient,
Tant pis pour leurs risques, nos richesses sont enfouies;

Sagesse africaine, sagesse à la traîne,
Qui oblige les jeunes générations à rester à la traîne;

Que faire maintenant que le constat est fait,
Quel destin pourra changer cet état de faits;

Les intérêts des autres ne nous intéressent pas,
Les nôtres au contraire ne font que des grands pas;

Oh! DIEU de grâce regardes et aides nos dirigeants,
Pour que la Sagesse positive s'empare de ces gens;

La pauvreté s'accroît, l'Afrique décroît, s'enfonce dans la misère,
Les familles s'appauvrissent et les pays sont à la lisière;

Du monde qui nous entoure et qui se renouvelle,
Quand viendra pour l'Afrique cette bonne nouvelle?


Hervé Borgia Tchissambou, 29 janvier 2009, tous droits réservés.


La Forêt

Publié le 27/01/2009 à 12:00 par hervetchissambou
La Forêt
Dieu fait très bien les choses et nous a donné la forêt,
Lieu de vie des espèces comme dans la mer, la raie;

L'homme, qui prétend tout savoir a amorcé sa destruction,
Sans vision sur l'avenir en faisant attention;

Ses habitants de toujours indiens et pygmées,
Sont rejetés des autres alors qu'ils doivent être primés;

Sortis de la forêt, dommage, quel lieu de vie?
C'est en passant par la forêt, qu'on vient souvent en vie;

Alors pourquoi détruire, ce lieu qui tient la vie,
Sans oxygène nature, il n'y aura vraiment plus de vie;

Merci Amazonie et forêt tropicale d'Afrique,
Que beaucoup détruisent pour se faire du fric;

Le résultat sera comme au désert, intenable chaleur,
Alors que cette politique n'est en fait qu'un leur;

Chaleur suffocante, étouffante et dangereuse,
Comme c'est le cas à Athènes, cette belle ville généreuse;

Aimer la forêt, oui c'est aimer la vie,
Et lorsqu'on la voit, c'est vrai qu'elle donne envie;

Le regard qu'on porte sur elle, est un regard d'Amour,
Il faut s'éloigner de ceux qui en font de l'humour;

La forêt vierge est un lieu de pureté,
Qui en son sein conserve notre humanité;

Nous ne seront rien en détruisant sa jupe,
Que l'homme de grâce arrête d'agir tout en étant dupe;

Tout dévoiler d'elle souille et détruit sa grâce nature,
La chérir est comme si on la donnait du lait nature,

Ne la traitons pas avec sévérité,
Plutôt conservons la avec sérénité;

Les politiques aveuglés ne font que retarder le drame,
Alors que tous ces gens ont déjà perdu leur âme;

Forêts, forêts, forêts, voilà un coup d'arrêt,
Qu'on inflige aux victimes réduits en état d'arrêt;

Des villes en béton, modernité préférée des ombres,
L'image qu'on nous présente est vraiment un tableau sombre;

Mon Dieu éclaire nous apporte ta lumière de vie,
Pour pas que dans ton droit, tu nous présente un devis;

Dans son inconscience, l'homme prône la modernité,
Dommage, dans sa conscience, il ignore la vérité;

Forêt, espace de vie, espace de liberté,
Demeure vierge dans ta nature, comme lieu d'éternité.


Hervé Borgia Tchissambou, Rouen, 25 janvier 2009, tous droits réservés.

Le Soir

Publié le 27/01/2009 à 12:00 par hervetchissambou
Le Soir
Le soir tout est noir,
Le jour tout est clair;

Antagoniques ne sont pas blancs et noirs,
Car tous deux donnent un autre air;

Le jour triomphe de la Nuit,
Puisque beaucoup craignent d'être nuis;

La Nuit n'est pas si nuisible,
Car la Lune rend tout visible;

La Nuit permet le repos,
Les hommes peuvent aller prendre un pot;

Elle procure le calme,
Mieux que ne le font les réclames;

Les moustiques attaquent,
Les hommes les massacrent;

C'est un combat de vie,
Qui est pour les uns, un combat de survie;

Les hommes survivent aux piqûres,
Qui les incitent à faire des cures;

Wujek Stach a acheté du vin,
Qui nous a rendu tous devins,

Nous sommes tous divins,
A l'image du DIEU Divin;

Matin et soir s'alternent,
Comme mères et filles maternent,

C'est la loi de la rotation,
A laquelle, nous devons faire attention.

Hervé Tchissambou, 21-22 juillet 1999, tous droits réservés.

Rencontre

Publié le 27/01/2009 à 12:00 par hervetchissambou
Rencontre
Il y a une année, on se disait tristement au revoir,
Et voilà que cette année, on est content de se revoir;

La tristesse qui accompagnait notre départ,
A fait place à la joie des vacances qui repartent;

Les enfants du quartier ont tous grandi,
Et certains sont devenus des bandits;

Les plus âgés ont retrouvé la Sagesse,
Et d'autres ont rencontré la vieillesse;

La vie repart, les revenants s'intègrent dans le Groupe,
Et la Famille, de temps en temps se regroupe;

Les disputes familiales deviennent parfois intenses,
A l'heure de la Vodka, certains perdent leurs sens;

Pardon, la Vodka a été bannie,
Le Vin rouge pourtant a été béni;

L'effet reste toujours le même,
Et on est toujours resté les mêmes;

Ma Femme rougit en retrouvant les siens,
Mais, moi aussi, je fais partie des siens;

La ferveur monte, tout le monde est content,
Les disputes s'animent et personne n'entend;

Les rires aux éclats, écartent la tristesse,
L'ambiance de la rencontre étouffe nos faiblesses;

Les enfants se regroupent par affinité,
Mais leurs débats n'ont pas de finalité;

A l'heure du “Grill”, les saucisses grillées deviennent toutes petites,
L'odeur qui s'éparpille attise l'appétit;

La Belle Sœur Eva, joyeuse, nous invite au café,
Mais chez Elle, on ne voit pas le temps passé;

L’humanité s'installe, les gens ne font que s'inviter,
Mais d'autres, malgré tout, ne pensent qu'à s'éviter;

L'été s'est installé,
Les vacances s'en sont allés;

Vers des horizons nouveaux,
Qui ne sont pour d'autres qu'un renouveau.


Hervé Borgia Tchissambou, 22 Août 1999, (Pszczyna) , tous droits réservés.

Le matin de Pszczyna

Publié le 27/01/2009 à 12:00 par hervetchissambou
Le matin de Pszczyna
Les enfants se sont enfin levés,
Mais aucun d'eux ne s'est encore lavé;
Tout le monde est déjà debout,
Les femmes n'ont pas encore vu le bout;
Il faut s'atteler pour préparer le sniadanie,
Puisque qu'on va bientôt jeter les deniers;
La journée commence par des activités,
Mais c'est déjà l'heure du thé;
Les dieux de la journée sont déjà actifs,
C'est à nous d'être réactifs;
Vive les vacances, crient les enfants,
C'est quand même bien d'être un enfant.

Hervé Borgia Tchissambou, 15 juillet 1999 (Pszczyna) , tous droits réservés.